Inondations à Lomé :Les pieds dans l’eau !

La pluie, on l’aime, mais pas trop à LOMÉ ; et la plupart du temps, on regrette la saison sèche, parce que très souvent, la pluie rime avec les  inondations.

 Les sapeurs pompiers  appelés à la rescousse sont souvent débordés ; ils se font même désirer ; ils aussi ont plus urgent à faire : leur propre quartier général n’étant pas épargné par les eaux.

Néanmoins, ils finissent par arriver moyennant une compensation financière pour le transport. Malheureusement, deux heures après le pompage, l’eau rejaillit tel du « pétrole saoudien « .

 Au moins, « à quelque chose malheur est bon » dit-on ; on devient propriétaire  de petites piscines pour s’entraîner à la natation (qui sait, peut-être que le prochain Michael Phelps sera togolais).

 Plus besoin de soulever des altères pour se faire un peu de muscles ; les sceaux et marmites utilisés pour évacuer l’eau hors des maisons , et qui produisent des sons rythmés, suffisent amplement.

 Plus besoin non plus d’aller faire la queue devant les baraques de l’OSAT (Observatoire de la Sécurité Alimentaire au Togo) pour s’acheter du maïs bon marché à l’odeur incomparable ; le gouvernement nous le distribue gratuitement pour nous montrer sa sollicitude. Il aime bien montrer qu’il prend soin de « ses sinistrés ».

 On aime bien mettre tout sur le dos de la nature en général et des changements climatiques en particulier.

Cette année encore, on a les pieds dans l’eau dans les maisons et les quartiers de la capitale togolaise.

 Ah oui, « LOMÉ est en chantier » ; Enfin ! Et alors !!!

[Photo de http://togozine.com ]

The following two tabs change content below.
jeogo
Les miracles n'arrivent qu'à ceux qui n'abandonnent jamais.Je suis celui qui se cherche et se recherche au travers des histoires et problématiques.Yohh!!! ce n'est pas facile hein! Mais comme on le dit dans ma belle ville Lomé: tout est KÈDÈÈÈ. C'est pourquoi je livre mes certitudes, mes interrogations.Je crois aux miracles togolais et africains,je crois au miracle de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *