Tracasseries administratives à la togolaise !

Si tu arrives à survivre aux formalités administratives togolaises, tu seras capable de survivre à tout, tu pourras même sans problème devenir négociateur en chef des Nations-Unies. L’administration togolaise c’est un monde en soi, un autre monde dans une autre époque. Le monde de demain mais dans lequel le passé a usurpé la place du futur. Me comprends-tu ? Ici, tout fonctionne sur le mode de « demain ». Un « demain » mais sur le long terme si tu vois ce que je veux dire ! Si on te répond : « revenez dans un mois », il ne s’agit pas des 30 ou 31 jours du calendrier grégorien, il faut compter selon le calendrier togolais, 31 jours + X (X hypothétique) ….

Il faut dire que l’administration publique togolaise est constituée d’hommes et de femmes courageux qui, malgré le manque de moyens, font un excellent travail. Mais, malheureusement, cette même administration emploie aussi trop de gens incompétents et de mauvaise volonté. Ils vont au boulot pour faire des commérages, vautrés dans leur fauteuil. Ils entassent les dossiers et les citoyens peuvent toujours attendre. Sincèrement, si tu déposes un dossier, un conseil : commence tes prières parce qu’il faut s’attendre à tout, c’est le début du marathon. Si tu ne le savais pas, tu le sais désormais : l’impossible n’est pas togolais. Pour une simple signature, il faut attendre une période hypothétique…. « revenez dans un mois », et un mois après :  » ce n’est toujours pas prêt, revenez … »  Ce n’est pas aux calendes grecques qu’on te renvoie mais aux «calendes togolaises » !

Ici, tout est fait en mode ra-len-ti. On sait tous que le ralenti a créé une vraie révolution dans la retransmission des matches de foot, hé bien laisse-moi te dire qu’il a sûrement été inventé dans un bureau à Lomé ! Pas de doutes là dessus ! Sinon, comment comprendre qu’il faut plus d’un an à un citoyen pour récupérer son diplôme d’université ? La réponse est la même, mois après mois :  » il n’est pas encore signé « , re-ve-nez…

Fut une époque où faire légaliser des documents exigeait beaucoup de patience. Il faut avouer que de nos jours les choses se sont améliorées. Les autorités ont créé un « Guichet Unique » pour « faciliter les procédures administratives aux opérateurs économiques ». Mais quid du citoyen lambda dans tout cela ? Re-ve-nez…

Il y a aussi une autre catégorie de fonctionnaires ou d’agents de l’État, la catégorie des plus coriaces. Ils ne parlent pas beaucoup, simplement ils attendent de toi « un geste ». Ils ont une maladie qui n’a pas été répertoriée par l’OMS : la maladie des gens qui voient l’argent partout. Ils sont pourris. Un conseil de frère citoyen, rester ferme malgré leurs menaces « non c’est non ». Moi je les appelle les a-r-gents de l’Etat. Avec ces a-r-gents de l’Etat, des citoyens ont battu tous les records de délais pour un passeport !   » L’impossible n’est pas togolais » .

Billet d’humeur pour dire que les mauvais comportements et autres tracasseries sont toujours bien ancrés dans la société togolaise, c’est un mal qui ne lâche pas, comme une sangsue. C’est une véritable gangrène, et avec elle, l’émergence du Togo a du souci à se faire.

Kèdéèè.

The following two tabs change content below.
jeogo
Les miracles n'arrivent qu'à ceux qui n'abandonnent jamais.Je suis celui qui se cherche et se recherche au travers des histoires et problématiques.Yohh!!! ce n'est pas facile hein! Mais comme on le dit dans ma belle ville Lomé: tout est KÈDÈÈÈ. C'est pourquoi je livre mes certitudes, mes interrogations.Je crois aux miracles togolais et africains,je crois au miracle de la vie.

5 réflexions sur “Tracasseries administratives à la togolaise !

  1. C’est clair. Ces bureaucrates suceurs de sang, d’argent et de désespoir sont peut-être la pire émanation, que dis-je, la pire déjection de notre système. Y’a de quoi être de mauvaise humeur, fofo 😉 .

  2. Ca fait bien rigoler mais ôh combien c’est vrai et décevant franchement…on veut tout faire pour que mon beau continent reste toujours « derrière ». Cela se passe chez nous aussi à Abidjan.

    Bien à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *