On vit à la Togolaise !

Des étudiants poussant un bus universitaire en panne
Des étudiants poussant un bus universitaire en panne

De l’étranger, quand mon portefeuille me le permet et que le décalage horaire est propice, j’ai l’habitude de téléphoner à mes amis restés au Togo pour savoir comment ils vont, parler du bon « vieux » temps, s’encourager mutuellement et  rigoler un peu de tout quoi !

Et quand je leur dis : Ce n’est pas facile ici ! ils rétorquent : « Et alors, ça ne peut pas être pire qu’ ici, mon frère ».

« Ici comme tu le sais, le climat politique légendaire nous assomme, l’économie accable. À 25 ans, avec une maîtrise universitaire, je ne trouve ni emploi, ni stage; mes parents sont pauvres; j’ai tellement écrit de Cv qu’ils rempliraient une encyclopédie. Je ne trouve ni de place dans la fonction publique, ni dans le privé. Je suis acculé comme la grande majorité de nos compatriotes »

«Toi qui est né dans cette réalité tu sais comment les choses fonctionnent au pays, je te le dit tout de suite : ça va à la togolaise. »

Cette expression prend tout son sens :

Quand à 25, 35 ans, tu restes très dépendant de tes parents,

Quand  tes diplômes universitaires te permettent de décrocher un   boulot de chômeur  ou de  travailleur autonome «Zémidjan » conduisant une  Moto carcasse « 125 » made in China,

Lorsque tu es tellement fauché que ton alimentation se limite à du    « AZO » (haricot)

Que  le versement trimestriel des 20 000 francs ( VingT)-on prononce bien le T– est le seul moment de sourire à l’université ,

Quand  l’armée te dit-lorsque tu manifestes- «  dispersez-vous  ou l’on vous disperse, et par la force», te bastonne te gaze et t’emprisonne,

Quand  ton petit magasin d’alimentation générale croule sous l’eau en raison d’inondation

Lorsque pour  avoir une carte d’identité tu graisses les pattes d’un policier qui t’humilie 77 fois avant de te rendre le service,

Et quand finalement, fatigué, tu décides de quitter le pays, et après plusieurs semaines de jeûnes et de prières, l’endettement, et des heures passées sous un soleil terrible devant des consulats/ambassades occidentales, on te tamponne dans le passeport « APPLICATION »

Etc etc

Tu VIS à La Togolaise

Voilà cette réalité gangreneuse et sempiternelle, une galère avec un grand G; C’est ça  « aller à la togolaise »

Kèdè!!!

The following two tabs change content below.
jeogo
Les miracles n'arrivent qu'à ceux qui n'abandonnent jamais.Je suis celui qui se cherche et se recherche au travers des histoires et problématiques.Yohh!!! ce n'est pas facile hein! Mais comme on le dit dans ma belle ville Lomé: tout est KÈDÈÈÈ. C'est pourquoi je livre mes certitudes, mes interrogations.Je crois aux miracles togolais et africains,je crois au miracle de la vie.

8 réflexions sur “On vit à la Togolaise !

  1. On vit à la togolaise!
    Et bien oui, c’est une dure vérité. Une situation inéluctable pour la jeunesse togolaise.
    On vit à la togolaise!
    Après un BTS en action commerciale, on devient vendeur de « Boudè » ; la faute aux parents qui ne sont pas des barons du pays.
    On vit à la togolaise!
    Diplômé d’université depuis 8 ans et qu’on vit dans la même pièce que ces parents. Et pour tuer le temps et l’ennui, on se suicide à petit coup avec du « sodabi ». On enceinte la fille de la voisine et on emmerde le monde en se droguant.
    ……..

  2. Je découvre en effet l’expression:ça va à la togolaise.Tout est dit dans ce récit qui plante le décor d’une réalité impitoyable pour les JEUNES TOGOLAIS d’aujourd’ui… Allez ça va aller comme on dit chez moi »découragement n’est pas togolais »une soeur ivoirienne qui vous comprends et ne vous juge pas.Superbement bien raconté oh…

  3. Bravo mon frère pour cette intéressante description de la vie à la togolaise. C’est pas toujours un exersice facile de parler de la peine avec tant d’humour comme tu l’as fait. A défaut d’en pleurer ave de grosses larmes, on en rit à gorge déployée, quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *