Le Bac au Togo : Impossible d’avoir 20,71 de moyenne !

« Impossible n’est pas togolais » : avons-nous l’habitude de dire à Lomé , mais quelques fois l’exception fait la règle.

J’ai appris qu’en France, beaucoup d’étudiants ont eu une moyenne supérieure à 20 au baccalauréat , notamment la meilleure qui a obtenu 20,71 ; bravo, il faut le faire!

Des surdoués, il y en a partout; et au Togo, il en a beaucoup, même si les difficultés finissent par avoir raison d’eux au fil des ans; ne bénéficiant pas de soutien de l’État.

 Les examens académiques au Togo ne sont jamais pris à la légère. On a hérité du système français, mais la rigueur, on se l’est inculquée nous-mêmes. Les examens togolais sont réputés pour leur caractère embarrassant. Notre système éducatif est comme ça. Il y a tellement de paliers, qu’arriver au baccalauréat que nous appelons ici le Bac 2 (baccalauréat deuxième partie),  est un parcours de combattant.

Attention, vous connaissez le Bac 1 (baccalauréat première partie) ou  Probatoire? C’est aussi une réalité à Togo; et c’est un bon entonnoir pour les autorités; un véritable filtre. En gros, c’est un autre examen académique, on le passe en classe de Première, ceux qui le réussissent, passent en Terminal et donc le Baccalauréat l’année suivante. Je peux vous assurer que ça fait des victimes, laisse plein d’élèves  sur le carreau; et des fois plus que le Bac 2 lui-même. Beaucoup de personnes ont dû abandonner leurs études à cause de ce «  foutu Bac 1 qui n’est même pas reconnu au-delà du Togo» – comme ils le disent- un bourbier presque incontournable, qu’ils passent deux, trois, quatre fois sans succès avant d’y renoncer, pour les moins persévérants.

Les autorités du pays ne peuvent faire face à un afflux de nouveaux bacheliers, donc ça les arrange. Il faut le dire, l’université est un autre bourbier, avec cette nouvelle trouvaille qu’est « le LMD à la togolaise ». « On ne veut pas d’un examen sans intérêt ou d’un diplôme déprécié, c’est ce qui fait notre réputation dans la sous-région » : ai-je souvent entendu.

Déjà, avoir 18 de moyenne est un exploit qui n’est pas donné à tout le monde (sauf, pour les petits princes qui n’ont même pas à passer l’examen; admis d’office !) .Vous pouvez trouver tout juste, mais une virgule de moins vous coûtera des points, et les matières facultatives ne pourront pas vous aider.

Il y a quelques années, beaucoup d’élèves togolais, partaient faire la classe de Première au Bénin voisin et revenaient au pays, un relevé de note en main, manière de contourner « l’obstacle » Bac 1 pour passer directement en Terminale. Certains passaient tout simplement les deux baccalauréats (Togo et Bénin), espérant soit le grand chelem ou la consolation d’en réussir un. Les autorités académiques, y avaient trouvé une parade : s’arranger avec les voisins béninois pour que les deux examens se tiennent les mêmes dates.

79,3% de réussite au baccalauréat général (en France) ne risque pas de se passer ici. Ce serait une catastrophe démographique dans nos universités; et je n’ai pas la mémoire qu’il y ait déjà eu 60% de taux de réussite (global) au Togo. Celui de 2011 était de 49,21%, un record depuis 1992 ; un taux pareil provoquerait la consternation en France.

 « Le jour où les poules auront des dents », et où il y aura assez de places pour s’assoir dans les amphithéâtres universitaires, nous verrons de tels taux de réussite au Togo.

Au moment où je mets en ligne ce billet, les résultats du Baccalauréat 2012 au Togo ne sont pas encore connus. Que la réussite soit avec tous les candidats !!!

Photo:www.pa-lunion.com

The following two tabs change content below.
jeogo
Les miracles n'arrivent qu'à ceux qui n'abandonnent jamais.Je suis celui qui se cherche et se recherche au travers des histoires et problématiques.Yohh!!! ce n'est pas facile hein! Mais comme on le dit dans ma belle ville Lomé: tout est KÈDÈÈÈ. C'est pourquoi je livre mes certitudes, mes interrogations.Je crois aux miracles togolais et africains,je crois au miracle de la vie.

22 réflexions sur “Le Bac au Togo : Impossible d’avoir 20,71 de moyenne !

  1. En même temps, 80% de réussite au Bac en France oui, mais que se passe-t-il après en France ? La moitié se plante en Bac +1, pour mauvaise orientation, ou une variation de niveau trop importante… parce qu’on est tout simplement pas préparé. Le baccalauréat français est un examen bien trop faible, diminué à chaque parution de Bulletins Officiels (les programmes sont allégés, les considérations vues à la baisse). On peut certes se targuer d’avoir 80% d’admis, 10% de mentions très bien, ect… mais l’écrémage commence en Bac +1. J’ai beau avoir eu mon Bac S avec 17.3, je me suis planté en médecine, car c’étaient les mathématiques qui étaient faites pour moi.
    Alors qu’au Togo, d’après ce que je lis, celui-ci est fait de manière plus précoce avec ce « Bac 1 ». Mais je ne comprends pas vraiment la polémique autour… certes il y a un « double-Bac », mais il doit être plus facile que le « Bac 2 », non ? Donc les élèves qui ne réussissent pas en 1ère, ne réussiront pas en Terminale… question de logique si c’est progressif. Et si ceux qui accèdent aux bancs de l’Université sont déjà passés par cet écrémage, alors on arrive au final (proportionnellement) plus ou moins à la même chose qu’en France.

    1. Votre commentaire est très instructif,sur ce qu’il y a comme difficulté après le Bac en France.Le problème au Togo, c’est que les difficultés sont partout, à croire que le système académique a pour objectif de réduire au maximum le nombre de diplômés.
      Le Bac 1 n’est pas une formalité ; comme je l’ai résumé dans le billet, c’est un véritable examen , et qui s’avère la plupart du temps désastreux pour les candidats.Son taux de réussite est souvent inférieur ( je n’ai pas tous les chiffres) à celui du Bac 2 ( le BAC).
      Nous ne voulons pas d’un examen trop facile , ou qui ne soit qu’une formalité , mais d’un examen plus ouvert.Au lieu d’encourager , ces examens en l’état actuel , découragent; beaucoup de jeunes togolais abandonnent leurs études , las de ne pouvoir franchir ce palier.
      Au final, ceux qui réussissent au Bac et arrivent à terminer leurs études universitaires , se retrouvent sans emplois.C’est cela , la réalité.
      Peace !!!

  2. 20.71 de moyenne ? C’est impossible ça, même en France ? Non ? En tout cas, ton article est très bien fait et nous fait comprendre la difficulté d’obtenir le bac dans certaines régions de l’Afrique. Ce matin même j’ai lu un article sur lequel il n’y avait eu que 5 % seulement qui ont décroché leur bac en Tchad. Sur ce, bonne journée et à bientôt.

  3. Wep!!! En France,il peut même avoir 100% dans les années à venir. Mais au Togo,les Autorités ne veulent pas investir dans l’éducation et après le Bac c’est zémidjan:taxi moto. On filtre l’examen pour réduire le nombre de demandeurs d’emplois. Tout pour moi règne dans l’intention des dirigeants et il vaudrait mieux être un docker que de croupir sur le campus togolais… Message de la jeunesse togolaise.

  4. Très bon article. Et j’apprécie l’intervention de Monsieur DNA. Le problème pour moi, ce n’est pas la difficulté du bac. Je m’explique. Ces 40% qui réussissent à avoir le bac pour moi sont prêts pour de grandes études universitaires. Moi, par exemple, j’ai eu mon Bac en 2012 avec une mention bien plus une bourse d’études pour le Maroc. Arrivé sur place, j’ai rencontré plein d’élèves venus d’autres pays subsahariens et des Marocains avec 17 et 18 de moyenne. Mais ils se plaignaient de la difficulté de ce qu’on voyait en cours. Alors que mes compatriotes et moi, ben on avait jamais été aussi à l’aise. Résultat: des moyennes de 17 et de 18 pour nous et des 12,13 et quelques fois 14 ou 15 pour les meilleurs d’entre eux.
    Donc, je trouve que notre système n’est pas trop mal, ce qu’il faudrait, c’est vraiment de vraies universités avec beaucoup de sérieux car le niveau des étudiants (ayant eu le bac au Togo) est assez élevé. Faudrait pas que les universités soient un cimetière pour nos chers bacheliers.

    1. Absolument d’accord. Notre système pré-universitaire est bon.Le problème est que si tu veux rentrer dans une université étrangère côté (Canada, États-Unis)où la place des étrangers est très limitée, celui qui a 17 de moyenne d’un autre pays pourrait passer devant toi pour la place.Ça nous désavantage.
      Ensuite, le système universitaire au Togo est vraiment à revoir.
      Merci !!!

      1. Oui. Tu as raison. J’avais oublié ce détail. C’est aussi un problème. Je me suis vu refusé l’accès aux Classes Prépa à cause d’une d’une « non mention très bien ». Bien que je pense avoir le niveau.

        1. Voilà ! Et c’est dommage, parce que ces écoles et grandes facultés ne vérifient rien en globalité dans les pays.Et ça nous désavantage beaucoup.
          Du courage. Kédèééé !!!

        2. Salut! J’aimerais avoir quelques infos sur la vie des étudiants togolais au Maroc.Comment vous vous débrouillez là-bas.Y à t-il des togolais boursiers en Médecine là-bas ? Merci d’avance

          1. Excusez moi si je n’ai pas vite répondu.
            D’abord, il faut savoir qu’on est boursier de l’AMCI (Agence Marocaine de Coopération Internationale). A ce titre, il nous donne chaque deux mois une bourse de 1500 DH (90.000 FCFA). Ce qui en soit n’est pas suffisant.
            Ensuite l’Etat Togolais nous donne un complément de bourse à raison de 50.000 FCFA par mois. Mais le problème, c’est que je ne sais pour quelle raison ce complément est cumulé sur les douze mois et on reçoit le tout généralement en fin d’année scolaire (le 20 Août cette année).
            On est alors obligé chaque année de se serrer les fesses et de prendre quelques dettes par ci par là afin de boucher les trous durant l’année scolaire. Ou demander l’aide des parents.
            Sinon, ça fait en tout 95.000 FCFA par mois si on additionne les deux bourses. Avec le niveau de vie du Maroc, ça permet de combler les besoins fondamentaux (loyer, nourriture, factures….) pas plus.
            En fait pour la Médecine, c’est un peu compliqué. L’AMCI accepte très peu de gens dans les filières de Médecine et de Pharmacie. C’est un peu comme un système de quota par pays. Deux personnes au max par filière et par promotion.
            Je suis là au cas où tu aurais plus de questions.

  5. Bonjour Jeogo, j’ai mon cousin qui a fait sa 1ere au Sénégal et il a fait la terminal 2 fois, il a raté le bac 2 fois, je veux le faire aller retenter sa chance à Lomé,
    est ce qu’il peut quand meme rentrer en terminal au Togo sans avoir passé le probatoire? meri

    1. Salut.Je pense qu’il pourra être admissible à se porter candidat au Bac2, étant donné qu’il a réussi la Première même si c’est ailleurs.
      Avait-il déjà essayé le Probatoire sans succès à Lomé ?
      La meilleure des choses à faire est de se renseigner auprès de l’office du Bac.
      Merci.

  6. il ya deux cas.
    d’abord cette severite a des avantages car si on remarque b1, lorsque les diplomes togolais vont a l’etranger, ils reussissent facilement
    enfin cette severite entraine beaucoup trop d’abandon
    pourquoi cela?
    le manque de place en tergo et a l’universite et le manque d’emploi
    pour les 2 premier cas , il y a proliferation des ecoles et universites privees
    pour le second cas je dirai que c’est a cause de la corruption et de la mauvaise gestion des de fonds du pays.
    j ai passee le bac 1 cette annee(2016) ak mention bien(assez decu par rapport a ce a quoi je m’attendais) . la correction a ete tres dur et je pense que c’est parce que l’an passe il y a eu un grand pourcentage des reussite a cause de la greve qui s’est derouler durant cette annee
    non on ne veut pas que les exams soit soit une formalitee mais ce n’est pas la peine de nous etouffer ainsi>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *