Le football togolais à l’agonie : à qui la faute ?

Tout va mal dans le milieu du football au Togo. Et les prestations de l’équipe nationale ne sont qu’un des innombrables signes.

En effet, les éperviers se sont  encore inclinés le dimanche dernier et de surcroît à domicile contre la Tunisie (score 2 à 1) dans un match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2012. Les togolais n’ont pris que 2 petits points en quatre matches. Et à l’allure où vont les choses, la descente aux enfers n’est pas terminée. A moins d’un miracle, le Togo devra dire adieu à la CAN 2012.

Rien d’étonnant, le football togolais est miné par une crise au sein de la FTF qui n’en fini pas :

–         la grande partie de la faute est dû à ce qui se disent acteurs du football togolais et qui en réalité s’en servent comme une tribune, pour régler leur compte, et pour s’enrichir. Des gens qui depuis 2006 ou même bien avant n’ont cessé de se donner des coups bas pour écarter leurs adversaires. Des gens qui sont là pas pour servir le football mais se servir du football pour leurs propres intérêts.

–         la faute à la FIFA qui n’a pas su être ferme, et prendre les décisions adéquates pour mettre de l’ordre au sein de la fédération togolaise de football. Sa seule réponse est de mettre en place un comité intérimaire et de déléguer un « médiateur »pour organiser des élections auxquelles participent les mêmes personnes responsables du désordre. Résultat, on assiste à des élections tronquées où des achats de vote et des intimidations de tout genre prévalent : les mêmes personnes reviennent aux affaires et « rebelote ! ». Cette même fédération qui empêche les autorités du pays de faire le ménage sous prétexte d’ingérence politique ; c’est bien beau de tenir à ses principes, mais « la politique » est bel et bien présente dans le milieu du football au Togo. Aujourd’hui, elle refuse qu’une autre liste(candidature) soit ajouté pour les élections, et menace de sanctionner le Togo si les élections à la FTF n’ont pas lieu le 6 novembre prochain.

–         La faute aux autorités du pays pour leur laxisme et qui n’ont pas su rappeler sévèrement  à l’ordre les pourfendeurs du football du fait des affinités qu’ils entretiennent.

–         La faute à la CAF qui ne joue pas son rôle et qui se contente la plupart du temps d’observer et d’appliquer des sanctions non justifiées.

Depuis environ 5ans, le football togolais fait parler de lui de façon peu enviable ; je citerai :

–         « le feuilleton de Wangen (Allemagne) » lors de la coupe du Monde 2006 (une qualification historique pour le Togo) marqué par la gestion calamiteuse des revendications de prime des joueurs par la fédération, aux yeux  du Monde.

–         Le terrible accident d’hélicoptère de Lungui (Sierra Leone) en 2006 lors des éliminatoires de la CAN 2008, où des supporteurs togolais ont trouvé la mort (notamment le ministre des sports).

–         Les violences à l’encontre des supporteurs togolais au Bénin toujours lors des éliminatoires, et celles survenues lors du match Togo – Mali  et qui ont eu pour conséquence la suspension du stade de Kégué (Togo) et une forte amende, toujours dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2008.

–         L’attentat de Kabinda en Angola (mitraillage du bus des togolais) la veille de la CAN 2010 entraînant de décès parmi  la délégation togolais  (l’entraîneur – adjoint et l’attaché de presse ) , et de nombreux blessés notamment un très grave (le gardien titulaire de l’équipe, qui voit aujourd’hui son avenir professionnel sérieusement compromis) ; entrainant le retrait du Togo de la compétition ;  et comme seule réponse, la CAF par l’intermédiaire de son président démontrant son mépris, la suspension du Togo pour deux ans, même s’il a fini par faire marche arrière aux vues des pressions. Néanmoins, justice n’est pas encore faite !

–         Ce qui défraie la chronique ces derniers temps, c’est l’histoire des fausses équipes nationales du Togo  

On pense régler les problèmes de la fédération en établissant un bureau intérimaire en attendant l’organisation de nouvelles élections qui tardent, mais on empire la situation car  c’est pendant cette transition qu’intervient « l’affaire de la fausse équipe nationale de Togo » impliquant des membres du bureau intérimaire. Aucun tord ne peut être fait au joueur qui ne  participent à ces mascarades que pour survivre, car le championnat  national est inexistant.

L’équipe nationale quand à elle se cherche ; en effet beaucoup de ces cadres boudent la sélection.

Le football togolais est en totale déliquescence, espérons que les élections de ce 5 Novembre 2010 et qui se sont soldées par la victoire de monsieur Gabriel AMEYI, sauront régler définitivement le problème.

Pour ma part, je ne pense pas que ce soit la meilleur solution.

Affaire à suivre…

The following two tabs change content below.
jeogo
Les miracles n'arrivent qu'à ceux qui n'abandonnent jamais.Je suis celui qui se cherche et se recherche au travers des histoires et problématiques.Yohh!!! ce n'est pas facile hein! Mais comme on le dit dans ma belle ville Lomé: tout est KÈDÈÈÈ. C'est pourquoi je livre mes certitudes, mes interrogations.Je crois aux miracles togolais et africains,je crois au miracle de la vie.

2 réflexions sur “Le football togolais à l’agonie : à qui la faute ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *